vendredi 16 décembre 2016

N°532 – Taito Chase H.Q

Titre : Chase H.Q
Plate-forme : Sega Master System
Date de sortie : Mai 1990
Développeur : Taito
Éditeur : Sega
















New York. Pour aider à éliminer le crime, la police de Manhattan a établi un quartier général d'investigation spécial. C'est le Chase H.Q. Son objectif : arrêter les criminels qui s'échappent en voiture du lieu de leurs méfaits. Bon c'est pas l'image que je me faisais des services d'investigation mais passons, c'est ainsi que la jaquette décrit le nouveau hit de Taito qui débarque dans les salles d'arcade en 1988 pour tenter de détrôner le alors très célèbre Out Run de Sega. Mais au lieu de faire la course purement et bêtement, vous devrez au volant d'un bolide de la police courser les criminels qui s'échappent. Le jeu a eu droit à un grand succès en arcade et c'est tout naturellement que les éditeurs ont voulu en faire une version console.

A l'approche des criminels, vous sortez votre gyrophare pour une course-poursuite épique !

Premièrement, nous pouvons parler des graphismes. Nous sommes en 1990 sur Master System et.... Je me rend compte que je n'ai que deux autres jeux de courses sur la console pour comparer... Bon bah on va faire avec. Comparé au portage de Out Run et de Hang-On (deux ''classiques de l'arcade'' de Sega), le jeu est parfaitement dans la norme. On ressent bien les impressions de vitesse, les décors ne sont pas trop bâclés (bien que beaucoup moins détaillés que la version arcade, absolument magnifique au passage), les voitures croisées sont assez diversifiées, je pense qu'on n'a pas grand chose à reprocher au jeu car il respecte plutôt bien l'esprit de la version d'origine. Les courses sont entrecoupées de séquences de dialogue avec Nancy du quartier général (notez le subtil calembour de H.Q pour Head Quarter (quartier général) et High Quality (haute qualité)) qui vous indique le signalement d'un criminel et de son véhicule.

Oui, oui, ça n'y ressemble pas mais c'est bien une scène de dialogue !


Au niveau sonore, là on s'éloigne un peu de la version originale. Je ne demande pas à la Master System de reproduire les voix que l'on entendait dans le jeu d'arcade (c'est déjà assez difficile sur NES, alors sur Master System, laissez tomber !). Mais autrement, le jeu d'arcade introduisait avec les bruitages des musiques lors des courses. Ici nous n'avons que des jingles de victoire, de début de mission ou d'échec. Pendant toute la course-poursuite, nous devons supporter le son du moteur 8Bits de votre voiture. Ce n'est pas insurmontable en soi mais si on a déjà joué au jeu original, ça a tendance à casser le rythme. Autrement, l'ambiance sonore en général est relativement bien retranscrite.




Graphiquement, le jeu est largement dans la norme de l'époque.


Au niveau de la durée de vie, c'est de l'arcade donc on peut toujours continuer le jeu en boucle et encore en boucle. Dans cette version, nous avons cinq missions différentes que l'on peut recommencer à un degré de difficulté supérieur à la fin du jeu. Enfin ça c'est la théorie, parce que dans les faits, si vous arrivez à passer la cinquième mission, chapeau ! Car si on peut accorder un bon point au jeu, c'est sa durée de vie honorable pour un jeu de cet âge. Mais là où ça devient plus agaçant, c'est que cette durée de vie est en partie due à la difficulté du titre. Nous avons certes des continue en cas de game over, des turbos pour avancer plus vite, mais ce ne sont pas les criminels vos véritables ennemis.




Bien que l'ambiance soit beaucoup plus simpliste graphiquement et techniquement que sur la version arcade, cette adaptation a au moins le mérite de retranscrire parfaitement le côté le plus insupportable du jeu : la maniabilité. Votre voiture a deux vitesses. Une rapide et une lente. L'intérêt réside dans le fait que les démarrages sont plus rapides si on sait enchaîner les deux vitesses, mais le problème c'est que votre voiture va vite... Très vite... Bon se concentrer sur la route n'est pas impossible, il suffit de lever le pied de temps en temps, mais il y a un léger défaut... Vous êtes en civil, et sur des routes à forte fréquentation. C'est bien simple, les autres automobilistes n'en ont rien à faire ! Vous avez beau sortir votre gyrophare à l'approche de la voiture de criminels, ils continuent de vous gêner. Bon après, ça se passe à Manhattan, peut être que leur code de la route n'oblige pas les automobilistes à laisser le passage aux véhicules prioritaires... Mais avouez que c'est relativement insupportable.

Bonjour, c'est pour un contrôle. Vos papiers,
s'il vous plaît ... Monsieur ?

Alors comment conclure ? Le jeu original est plutôt bien retranscrit malgré l'absence de musiques et des graphismes beaucoup plus pauvres. Mais au vu des capacités techniques de la console, on ne va pas en tenir compte, il y a bien pire dans son catalogue ! La difficulté est affreusement élevée sur la fin ? Au moins au peut dire que le jeu est sur ce point parfaitement fidèle ! Mais la difficulté d'un jeu est-elle synonyme de qualité ? Est-ce que parce qu'il est difficile, Astérix & Obélix sur Super Nintendo est un mauvais jeu ? Bien sûr que non ! Je pense que ce jeu est plutôt bon et que les développeurs de la version Master System ont voulu retranscrire le jeu le plus fidèlement possible, et c'est réussi. De plus, on peut saluer le concept du jeu qui est le premier en date à avoir importé les courses-poursuites dans le jeu vidéo, là où Pole Position et Out Run ne proposaient que de simples courses.



Note JV.com : N/D
Note moyenne des lecteurs JV.com : 8/20
Note Jeuxvidéo.fr : N/D
Note Gamekult.com : 6,9/10 
Note personnelle : 13/20


N'hésitez pas à faire part de votre ressenti sur ce jeu si vous y avez déjà joué, ou ce que vous avez pensé de la critique dans les commentaires ! :) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire