mardi 16 janvier 2018

N°699 – Starfox 2




Titre : Starfox 2
Plate-forme : Super Nintendo
Date de sortie : 29 Septembre 2017
Développeur : Nintendo EAD
Éditeur : Nintendo








Certains le savent, je suis un fan invétéré de la série Starfox. Starfox 2 est un jeu Super Nintendo qui aurait dû sortir en 1996 mais qui fut finalement annulé car la sortie de la Nintendo 64 était imminente. En effet, Shigeru Miyamoto a préféré concentrer ses efforts sur un nouveau jeu exploitant les capacités de la nouvelle 3D plutôt que les polygones vieillissants de l'ancienne monture de la firme. Ainsi, plutôt que de succéder à Starwing, nous auront droit à un remake, Lylat Wars. Mais comble du bonheur, le jeu était presque fini, il ne manquait que la phase de deboguage. Et en fin 2017, Nintendo décide d'inclure ce titre inédit dans sa Super Nintendo Mini. Oh yeah !
''Mais attend un peu Normandy Geek, dans ta base de données, ton Starfox 2 figure au même niveau que Starfox Zero, cela coordonne plus avec sa sortie en 2016 et pourtant tu dis qu'il est sortit en 2017 ? Tu te fiches de nous là ?''
Pas du tout ! Je disais que le jeu était presque terminé, juste qu'il subsistait encore quelques bugs, mais autrement 95% du jeu était réalisé. Il se trouve que vers la fin des années 2010, la ROM du jeu a fuité sur internet et des fans ont réalisé des cartouches physiques (non-officielles) du jeu. Et étant fan, j'allais pas attendre que Nintendo sorte sa gamme de consoles mini pour y jouer, non mais !


Enfin bref, en faisant abstraction du fait que le jeu soit sortit en 2017, je dois dire qu'il s'agit d'un de mes meilleurs jeux (si ce n'est DU meilleur jeu) de la Super Nintendo, et ce même objectivement. Enfin, c'est pas le but de cette chronique, c'est donc parti pour un avis cent pour cent partial et tranché ! :D

Commençons au niveau graphique. Le premier Starfox était une vraie claque visuelle comme je le disais dans son article dédié, il serait donc difficile de pousser la Super Nintendo encore plus à bouts. Mais rien n'est impossible pour Nintendo, et plutôt que de travailler sur la vieillissante puce Super FX, ils décidèrent de plancher sur une deuxième version de la puce pour exploiter encore plus les capacités de la console. Ainsi, on a un jeu plus beau, plus abouti, plus détaillé, bref en tout points supérieur à son prédécesseur. Les innovations graphiques sont nombreuses. D'abord, les vaisseaux ne sont plus identiques pour tous les pilotes. Fox et Falco disposent de l'arwing original et deux autres duos utilisent deux nouveaux types d'arwings, chacun ayant ses caractéristiques propres.
Les niveaux classiques sont certes toujours en rail shooter mais une nouveauté fait son apparition : le all-range mode. C'est simple, vous vous baladez dans l'espace dans une zone de façon totalement libre. Trop cool. L'équipe Starfox dispose d'un nouveau vaisseau-mère, les textures sont plus travaillées et enfin appliquées sur les polygones et les personnages sont mieux réalisés et en général plus expressifs. Vraiment génial. Sans compter que le jeu dispose de plein de cinématiques, et c'est toujours la course à la surenchère du spectaculaire. Starwing était bluffant ? Attendez de finir Starfox 2, vous serez ébouriffés.

Pour de la Super Nintendo... C'est juste incroyable !

Niveau sonore, la Super Nintendo a toujours su proposer des musiques d'une grande qualité et là encore je ne suis pas déçu et certaines sont absolument mémorables. Elles sont parfaitement adaptées à leur situation et sont bien plus techniques que dans le premier volet. On sent bien la présence militaire et menaçante de l'empire d'Andross. Les combats sont on ne peut plus dynamiques et épiques et ce grâce à un gameplay juste génial.

Le gameplay, parlons-en. Le maniement de l'arwing est très proche du premier opus. Dans les niveaux classiques les contrôles restent les mêmes. Dans les niveaux ''all-range'', c'est à peu près la même chose. D'ailleurs c'est là que vient le seul point négatif à mon sens du jeu. Les cartes ne sont pas immenses en soit mais la signalisation des ennemis à abattre est assez abstraite et confuse. Aussi, si vous cherchez pendant trois minutes un ennemi en vain, ne cherchez pas il est forcément dans un de vos angles morts, et on a vite fait de perdre le sens de l'orientation.
Mais bon ce n'est pas insurmontable, vraiment. Surtout que si vous appuyez sur select, vous passez de la vue subjective de base à la vue objective classique et une mini-map et un viseur ''target'' vous aident à vous orienter alors... Le jeu se fait très facilement car il dispose de plusieurs modes de difficulté. Pour l'enchaînement des niveaux, là cela tranche totalement avec Starwing. Vous vous retrouvez sur une carte du système Lylat où vous pouvez y aperçevoir les différentes planètes. Vous y voyez également votre position (en orbite autour de Corneria au début du jeu) et celle de vos ennemis. Ces ennemis se déplacent en groupe et à des vitesses variables dans une phase stratégique au tour par tour qui n'est pas sans rappeler Starfox Command. Votre but est d'anihiler les forces d'Andross tout en évitant à Corneria de subir trop de dommages. Passé la barre des 100% de dommages, c'est le game over. Vous devrez ainsi pourchasser les troupes de Venom, intercepter les missiles pour triompher. De plus, pendant les combats, le temps s'écoule en temps réel. Ce qui veut dire que pendant que vous vous battez contre un groupe de chasseurs, les missiles et autres chasseurs continuent d'avancer sur Corneria.


À un moment du jeu, Andross vous envoie son arme secrète à la figure (que l'on voit dans la séquence d'introduction), une sorte de dragon-serpent mécanique. Ce n'est qu'un boss comme un autre, le battre ne change rien. Vous trouverez également d'autres types d'ennemis que les chasseurs. Les croiseurs qui sont des vaisseaux à exploser de l'intérieur et les bases planétaires qui ont à peu près le même objectif (une sorte de donjon). Pour explorer les bases et les croiseurs, en appuyant sur select, vous pouvez passer en une nouvelle forme, le mode walker. Votre arwing devient une sorte de machine bipède très pratique pour actionner des interrupteurs et se faufiler partout.




Un élément tactique sur les arwings apparait. Comme je le disais plus haut, il y a trois classes d'arwings, et chacun dispose de caractéristiques propres. L'arwing classique piloté par Fox et falco qui dispose de boucliers, de boost et de blaster équilibrés. L'arwing ''tank'' piloté par Peppy et Slippy qui dispose de moins de boost mais de beaucoup plus de blaster et de boucliers et l'arwing ''chasseur'' piloté par deux nouveaux personnages, Miyu et Fay qui sont bien plus agiles et rapides mais complètement en carton. De plus, chaque classe dispose d'un objet spécial qu'il peut activer en appuyant sur Y. Pour le normal ce sont des bombes classiques comme dans le premier jeu, pour le tank ce sont des satellites de soutien et pour le chasseur un bouclier imparable. À vous de les utiliser au mieux ;)



Niveau scénario, cela ne change pas vraiment de Starwing. Andross est revenu d'entre les morts pour assouvir sa vengeance. Il émet non plus de la planète Venom mais d'une base en orbite autour de Lylat (l'étoile qui donne son nom au système) et se sert d'une arme secrète et de nouveaux mercenaires pour tenter de prendre le contrôle de Corneria. L'équipe Starfox est sur le coup et ce sont d'abord deux nouveaux personnages qui apparaissent Miyu une lynx et Fay une chienne.
Mais l'ajout le plus stylé pour ma part est je pense la création de l'équipe Star Wolf qui compte tous les membres de la version 64, Wolf le loup, Leon le caméléon, Pigma le cochon et Andrew le singe. Ces derniers vous préparent des attaques surprises non signalées sur la carte pour vous mettre des bâtons dans les roues, alors soyez vigilents.

       
Mmouais... Le Wolfen avait nettement moins de classe...
Le premier concept-art de l'équipe StarWolf, ça claque hein ?

Finissons sur la durée de vie, comme tous les Starfox le mode aventure est assez court, comptez une bonne heure pour finir le mode normal. Ceci-dit, comptez bieeeeeeen plus pour les modes plus difficiles, le challenge est au rendez-vous. Le gameplay très bien pensé du jeu ne vous lassera pas avant un moment et vous permettra de dépasser vos limites.
Seul truc dommage, dans la version de démo présentée au Consumer Electronic Show de 1995 le jeu disposait d'un mode deux joueurs. J'aurais vraiment voulu voir à quoi ça aurait pu ressembler.

Infiltrez-vous dans le noyau d'alimentation des bases en Walker et faites-le sauter !

C'est dans ce Starfox que l'on a pu pour la première fois charger ses tirs pour envoyer une boule d'énergie comme projectile.


Pour conclure, plus je repense et rejoue à ce jeu, plus je me dis que l'annulation de Starfox 2 est un des plus gros gâchis de l'histoire du jeu vidéo et de Nintendo. Tant de qualités, si peu de défauts et même minîmes, Starfox 2 est ce qu'on pourrait appeler un chef-d’œuvre oublié... Il renaît aujourd'hui grâce à la Super Nintendo mini mais c'est triste qu'on ait du se passer d'un tel jeu. Autrement, je vous le recommande absolument, que vous ayez envie de trouver une cartouche home-made ou une Super Nintendo Mini, le jeu se justifie tout seul tant il est bon ! ;)

Voici ce à quoi le mode 2 joueurs aurait dû ressembler.



Note JV.com : N/D
Note moyenne des lecteurs JV.com : N/D
Note Jeuxvidéo.fr : N/D
Note Gamekult.com : N/D
Note Personnelle : 19/20

N'hésitez pas à faire part de votre ressenti sur ce jeu si vous y avez déjà joué, ou ce que vous avez pensé de la critique dans les commentaires ! :) 

N°120 – Starwing

Titre : Starwing
Plate-forme : Super Nintendo
Date de sortie : 21 Février 1993
Développeur : Nintendo EAD
Éditeur : Nintendo










Nous sommes en 1993, Nintendo subit de plein fouet la vague de riposte de son concurrent de toujours Sega qui à l'aide de sa nouvelle mascotte et de son support CD pour la Mega Drive commence à devenir une épine sacrément gênante pour Big N. L'évolution technique des consoles oriente donc la prochaine bataille de la Guerre des Consoles sur le chemin des jeux en trois dimensions. Nintendo sollicite ses développeurs tiers fétiches tels que Hudson Soft ou Hal Laboratory mais c'est du côté d'un jeune studio que son salut viendra. La firme Argonaut Games met au point la puce Super FX qui permet l'affichage de polygones en trois dimensions. Pas inédit mais rarissime à l'époque. Nintendo saisit l'occasion et se lance dans la conception d'un jeu de shoot type Rail Shooter et grâce à une campagne marketing plus que bien gérée, c'est succès phénoménal !

Premièrement au niveau graphique, nous avons un jeu en 3D intégrale, un des plus gros arguments de vente du jeu. La puce Super FX de Argonaut Games fait des merveilles et le jeu se révèle fort d'une grande fluidité. Les mouvements de votre vaisseau sont très détaillés et réagissent parfaitement aux commandes de la Super Nintendo. Autrement, pour les niveaux en eux-mêmes ils sont également en polygones. Le problème est que pour afficher sans problème de lag ou autre bug d'affichage il aura fallu sacrifier les graphismes pour qu'ils soient le moins détaillés possibles. Un peu la même technique que pour F-Zero X, de bonnes performances techniques tout en sacrifiant les détails et en se payant un magnifique arrière-plan en papier-peint. Bon ce n'est pas grave, c'est même plutôt joli, et puis avec de la 3D, pour l'époque tout le monde s'en foutait de voir ce qu'il y avait en arrière-plan.
Autrement au niveau des personnages, on incarne le chef de l'escadron Starfox, Fox McCloud, un renard anthropomorphe, accompagné de sont équipe. Falco Lombardi le faucon, Slippy Toad la grenouille et Peppy hare le lapin. Un design très original qui me fait beaucoup penser à la série des Sly Cooper sur PlayStation. Et leur créateur n'est nul autre que Shigeru Miyamoto, papa de Mario et The Legend of Zelda. Il se serait inspiré du dieu shinto des céréales Inari, représenté par un renard qui aurait la faculté de voler. Enfin le design des niveaux, à savoir se faufiler entre des passages exigus comme sous des arches par exemple, est tiré des nombreuses arches (torii en japonais) proches du temple de Inari. Bref, un design que je trouve génial. Surtout celui du vaisseau utilisé pour nos missions : l'Arwing (oui les références à l'univers de Star Wars sont légion dans cet univers).


Je sais que pour les plus jeunes ça paraît très simpliste mais à l'époque, c'était une vraie claque !!

Ensuite au niveau sonore, là encore je suis fan. Déjà au niveau des bruitages, c'est très 16bits certes mais je trouve que le sound design correspond parfaitement à l'ambiance Space Opera du titre. Les personnages parlent parfois en Lylat (la langue de l'univers de Starfox, du nom du système solaire de Lylat, l'étoile équivalente de notre soleil), qui me fait beaucoup penser au yaourt dans Animal Crossing. Eh oui, les voix anglaises ce sera pour plus tard...
Enfin, au niveau des musiques, c'est juste énorme. Du thème de Corneria à Space Armada en passant par le thème de Starfox ou celui de Venom... Toute la bande son est géniale, et bien que je ne sois absolument pas fan de la Super Nintendo en général et encore moins de ses musiques, je suis bien obligé de reconnaître que là... Ça déchire !

Non franchement, le rendu visuel est très très impressionnant
quand on connaît les capacités de la console !


Pour le gameplay, alors avant Starwing je n'étais pas trop Shoot them Up (bon ok, c'est pas un shoot them up, c'est un rail shooter, mais c'est la même idée : tirer sur des trucs !). Mais jouer à ce jeu m'a poussé à aller vers d'autres jeux de ce style. Space Harrier sur Mega Drive, Panzer Dragoon sur Saturn, R-Type sur Super Nintendo, mais aucun n'égalera jamais le plaisir que je eu en jouant à Starwing. Une précision relativement pratique malgré la pauvre petite croix directionnelle de la manette Super Nintendo. Un bouton pour le tir, un bouton pour les bombes intelligentes (qui n'ont d'intelligent que le nom au passage), un bouton pour le boost, un pour les aérofreins, et deux gâchettes latérales pour incliner le chasseur sur les côtés et faire des tonneaux. Un gameplay très bien pensé, sachant que la configuration des touches peut être modifiée au début de chaque partie. Personnellement, je suis plus un adepte de l'axe Y inversé (appuyer vers le haut pour aller vers le bas) et des autres touches par défaut. Eh oui, à la dure !



La durée de vie est très bonne (bien que l'aventure ne nous mène pas au delà d'une heure et demie, c'est dommage). Mais rassurez-vous, vous pourrez recommencer l'aventure avec plusieurs niveaux de difficulté pour découvrir de nouveaux itinéraires pour parvenir jusqu'à votre objectif. De quoi explorer les richesses du système solaire de Lylat.


Découvrez le Système solaire de Lylat !


Parlons peu, parlons bien du scénario à présent. C'est Shigeru Miyamoto qui s'est occupé personnellement du design et de l'univers du jeu, et c'est probablement avec Metroid un de ses univers que je trouve le plus réussi. Pour résumer, Andross le savant fou est exilé sur la planète Venom pour avoir tenté des expériences dangereuses. Plusieurs années plus tard, l'armée enregistre d'étranges activités sur Venom et envoie l'équipe Starfox sur place pour enquêter. Mais elle ne reviendra jamais. Une seconde équipe Starfox est composée avec Fox McCloud en leader, le fils du premier leader James McCloud. Il vous faudra alors à l'aide de l'équipe Starfox déjouer les plans de l'infâme Andross qui a pour ambition de prendre le contrôle de Lylat. Bon, okay dit comme ça, ça ne paye pas de mine mais le scénario s'enrichira de jeux en jeux, ne vous inquiétez pas.




Pour conclure, probablement un des meilleurs jeux de la Super Nintendo. Des graphismes très impressionnants pour l'époque et pour être honnête qui n'ont pas tant vieilli que ça ! Les musiques sont toujours géniales et ont le même charme que celles d'une célèbre Street Fighter II, encore joué aujourd'hui par de nombreux joueurs. Je recommande absolument !! ;)



Note JV.com : 18/20
Note moyenne des lecteurs JV.com : 17,2/20
Note Jeuxvidéo.fr : N/D
Note Gamekult.com : 8/10
Note Personnelle : 17/20

N'hésitez pas à faire part de votre ressenti sur ce jeu si vous y avez déjà joué, ou ce que vous avez pensé de la critique dans les commentaires ! :) 

vendredi 29 décembre 2017

N°367 – Back to the Future Part II





Titre : Back to the Future Part II
Plate-forme : Sega Master System
Date de sortie : 1990
Développeur : Probe Software
Éditeur : Imageworks










Que dire quand on s'attaque à un monument tel que la série Retour vers le Futur ? Pour beaucoup, il s'agit de votre série de films préférée, pour d'autres c'est l'incarnation même des années 1980 au cinéma. Des acteurs mémorables et bien dans leurs rôles, une musique inoubliable et un scénario prenant et riche (bien que plein de paradoxes temporels et d'incohérences). Bon, on ne va pas énumérer les incohérences dans Retour vers le Futur car dans ce genre de situation, le voyage dans le temps a 95% de chances de compliquer à mort l'univers d'une œuvre... Bref, alors que le troisième film de la saga est sortit en 1990, Probe décide d'adapter la saga sur la Master System de Sega. Il faut savoir que le reste du monde a pu avoir droit à de nombreuses adaptations sur de nombreux supports et ce dès 1985 avec une adaptation sur Commodore 64. Mais en France, il s'agit du tout premier jeu Retour vers le Futur à sortir... Et comme disait Petit Gibus dans la Guerre des Boutons, si j'aurais su, j'aurais pas venu ! En effet, le jeu est mauvais... mais mauvais ! Au point d'avoir eu droit à son épisode dans l'émission de l'incontournable Joueur du Grenier. Mais à quel point l'est-il ? Et bien c'est ce que nous allons voir !

Note amusante, la scène finale du premier film était une blague des scénaristes qui n'avaient absolument pas prévu de suite.


Premièrement au niveau scénario, le jeu est donc basé sur le deuxième film de la saga. Pour rappel, Doc emmène Marty et Jennifer en l'an 2015 pour changer le destin de leurs enfants. Mais dans le futur, Marty tombe sur un almanach des sports détaillant tous les résultats sportifs depuis 1955 et pense s'en servir pour devenir riche. Problème, le vieux Biff Tannen, vieil ennemi des McFly, vole l'almanach ET la Delorean pendant que Marty et Doc ont le dos tourné et va donner l'almanach à son ancien lui pour changer son futur. Une fois de retour en 1985, Marty et Doc constatent que Hill Valley a totalement changé et Biff est devenu un homme puissant et milliardaire. Doc et Marty décident donc de faire revenir les choses à la normale en remontant au moment où le vieux Biff a donné l'almanach pour le lui reprendre, soit en 1955.
De ce côté, le jeu est plus ou moins respectueux du film puisqu'il revisite toutes les époques abordées par le film. Ce n'est pas trop pénalisant mais ce qui est franchement dommage, c'est que c'est probablement le meilleur point du jeu...

Vous saviez que le moteur de la Delorean c'est un moteur Peugeot-Renault-Volvo ? Et qu'il était en partie fabriqué à Caen ? ^_^


Parce que si vous cherchez à assouvir vos désirs masochistes, ce jeu est parfait pour vous ! Au niveau sonore, je sais que la puce sonore de la Master System est techniquement inférieure à celle de la NES... Mais quand même quoi... VOUS AVIEZ UN JOB !!! Le thème du film que l'on entend à l'écran titre est … potable on va dire. Certains diraient qu'il est affreux mais je le trouve pas si mal comparé au reste de la musique du jeu ! Dès le premier niveau, le supplice commence. On croit reconnaître quelques notes du thème d'Alan Silvestri, mais autrement cela ne fait pas du tout penser au film, et met encore moins dans l'ambiance de ce dernier. Les quelques petites notes qui se répètent rendent le niveau stressant au point de détester la musique originale, c'est vraiment criminel. Dans les niveaux suivants c'est pire, puisqu'il n'y a même plus les notes qui rappelaient le thème d'origine, on se contente de musiques stressantes et franchement insupportables. Entre les aigus qui te vrillent les tympans et les basses qui se répètent en boucle, on a le cocktail parfait de la musique dans la tête. Même la reprise de Johnny be Good, la chanson culte du premier film, est franchement pas terrible.

Ce mini-jeu est clair mais même ceux que j'avais en vrai, je n'avais pas le courage de me plonger plus de deux minutes dedans... 

Deuxième problème : la durée de vie. Le jeu est court et vide, ç'en est triste à mourir. Pour résumer, vous n'avez que trois niveaux et deux niveaux bonus. Le premier en 2015, le premier niveau bonus également, le deuxième niveau dans le 1985 alternatif de Biff, le deuxième niveau bonus en 1955 et le troisième niveau également. C'est... Tout... Mais le pire dans tout ça c'est que les premier et troisième niveaux sont identiques ! Alors après on peut se dire que ça fait partie du jeu, et qu'après tout dans les jeux, on a souvent des niveaux qui se ressemblent, ce qui en font leur qualité, comme un Super Mario Bros. par exemple. Mais ici, ça pue la flemme au kilomètre...

Ok, c'est mega court et mal exploité mais du coup, est-ce que le gameplay rattrape le coup ? Ça existe des jeux courts avec une difficulté suffisante pour rendre le jeu bien pourtant. Hé hé hé hé, quand je vous disait que le jeu est décevant, ce n'est pas pour rien. Concrètement, vous n'avez que deux boutons sur la manette de Master System. Dans le premier niveau vous êtes sur l'hover-board et vous devez arriver jusqu'au bassin de la mairie pour échapper à la bande à Griff, le fils de Biff. Et ce niveau est dur, mais dur, ç'en est complètement sadique et pervers. Marty peut taper mais le problème c'est qu'il a une allonge trop faible, du coup on ne peut éliminer un ennemi qu'en perdant une vie... top... Sachant que le moindre contact avec quoi que ce soit vous fait perdre une vie au passage ! Le trottoir, dégâts. La poubelle automatique qui apparaît au dernier moment, dégâts. Le sale gosse qui joue avec son camion téléguidé en plein milieu de la route et des bagnoles (tout va bien), dégâts. Les nids de poules, dégâts. Sans oublier les punks des années 2000 qui te fonçent dessus tels des rugbymen en puissance et les voitures qui te fonçent dessus sans prévenir. Ça bouge dans tous les sens, certains ennemis apparaissent comme ça en plein milieu de la route ou de votre trajectoire sans qu'on puisse les éviter.


Le deuxième bouton sert à sauter mais les ennemis vont presque tous plus vite que vous, ce qui fait que ça ressemble plus à un skate-parc qu'une rue ! Pour le troisième niveau, c'est la même chose à quelques petits détails près. Les punks sont remplacés par des Michael Jackson qui font du moonwalk et les voitures vont quatre fois plus vite !!!! Ça devient un vrai cirque pour les éviter ! Dernière chose à propos de ces niveaux, je soupçonne les hit-box d'avoir été trafiquées car même en étant devant un ennemi sans le toucher visuellement, le jeu considère qu'il y a un choc, ce qui n'aide VRAIMENT pas à atteindre la fin.
Mais surprise, le niveau 2 semble s'être glissé entre les deux pour faire souffler le joueur car c'est l'inverse total. Le niveau se déroule comme un jeu de plate-forme façon Mario. Mais il faut croire qu'à force de charger la Delorean en plutonium, Marty a développé des superpouvoirs vu qu'il est quasiment invincible... On peut sauter mais ça ne sert à rien vu qu'il n'y a aucun passage qui le réclame. Et on peut frapper absolument n'importe quoi. Rien qu'à coup de balayette, on arrête des gangsters, des tonneaux et même Mr. Strictland qui apparaît vers le milieu du niveau. Ce qui complètement daubé en fait, on pourrait croire à un boss mais non, on peut totalement l'ignorer et continuer vers la fin du niveau...
Je vous épargne enfin les mini-jeux en vous résumant l'affaire en deux mots : totalement nazes.

En gros il faut faire sortir Jennifer de la maison sans qu'elle ne croise personne mais c'est tellement le foutoir que c'est infaisable.

J'en entend déjà qui vont me dire que la difficulté peut faire partie du jeu comme pour Mega Man 2, ok pas de problèmes mais au moins ces jeux ultra-durs sont souvent très beaux et précis pour compenser. Bon déjà pour la précision, on l'a vu. Hin hin hin hin hin... Ouais c'est de la daube. Mais voyons les graphismes ?

….........................

Bon maintenant que je suis aveugle, ça va être plus compliqué de rédiger mes tests, mais au moins j'aurais plus à voir ces atrocités ! C'est laid, juste laid. La séquence d'introduction est pas mauvaise, on voit Marty et Doc dialoguer puis la Delorean s'envoler comme à la fin du premier film. Mais le reste est laid. Au niveau des palettes de couleurs, c'est respectueux du film et varié mais les sprites et décors en eux-mêmes sont vraiment horribles.

Quand tu joues, tu comprends vite pourquoi le Joueur du Grenier a comparé ces punks à Sébastien Chabal !

C'est assez chaud d'expliquer pourquoi c'est moche car parler de beauté des graphismes pour un jeu de cette console et de cette époque c'est pas évident mais en gros, retenez des décors qui se répètent et qui sont assez fades, on dirait juste des gros blocs de textures sans transition, un peu quand on est à la frontière de plusieurs biomes dans Minecraft. Sauf que dans Minecraft, c'est bien fait et même amusant de voir un tel manque de logique alors qu'ici c'est juste... bah moche... Marty ne ressemble à rien, les personnages non-plus (sauf le vieux Biff qu'on reconnaît bien). Il n'y a que les sprites d'objets qui sont réussis.



Pour conclure, ce jeu est vraiment mauvais, objectivement comme subjectivement. Court, répétitif, moche et inaudible. Il fait partie de ces très nombreux jeux dont il faut apprendre par cœur la position des ennemis pour les éviter et progresser, tout en sachant que l'écran de fin, c'est seulement l'écran titre du jeu suivant : Back to the Future Part III...
Si vous êtes fan du film, collectionneur ou masochiste, je vous conseille ce jeu car il fait plus ou moins partie des incontournables mais en tant que joueur occasionnel, je ne vous recommande absolument pas ce jeu, sauf si vous voulez vous rendre compte par vous-même de la difficulté du bestiau (à vos risques et périls au passage).



Note JV.com : N/D
Note moyenne des lecteurs JV.com : 7,5/20
Note Jeuxvidéo.fr : N/D
Note Gamekult.com : 5/10
Note personnelle : 5/20

N'hésitez pas à faire part de votre ressenti sur ce jeu si vous y avez déjà joué, ou ce que vous avez pensé de la critique dans les commentaires ! :) 

vendredi 15 décembre 2017

N°332 – Sonic CD







Titre : Sonic CD
Plate-forme : Sega Mega CD
Date de sortie : 23 Septembre 1993
Développeur : Sonic Team
Éditeur : Sega








Aaaaah... Le Mega CD, quelle console géniale ! Et il y avait plein de super bon jeux dessus, Sonic CD, Night Trap, Sonic CD, Road Avenger, euh... Sonic CD, euh... …................. Ouais bon vous aurez compris que cette console n'a pas vraiment eu de quoi marquer les esprits de façon aussi exemplaire que son fer de lance. Ceci dit, la question de savoir si acheter la console rien que pour jouer à ce jeu mérite de se poser tant il est de qualité, c'est ce que je vous propose de voir !

Pas aussi marquante que la Green Hill Zone, Palmtree Panic s'est tout de même inscrite dans les mémoires...
Comment des fleurs peuvent-elles pousser dans un complexe industriel ?!


Allons-y, niveau sonore le jeu propose une particularité assez originale. En effet, les versions européennes et japonaises disposent certes d'une BO propre mais il faut savoir que la version américaine dispose de sa propre bande originale et est totalement différente des versions originales. Peut-être par soucis d'occidentalisation ? Bah aucune importance, les deux BO se valent très largement et sont tout aussi marquantes. J'aurais une petite préférence pour la version européenne puisque c'est avec celle-ci que j'ai découvert le jeu, mais certaines musiques américaines sont vraiment sympathiques comme la musique contre Robotnik qui est bien stressante et tranche totalement avec le reste du jeu coloré et festif, ou encore la musique contre Metal Sonic.
Truc amusant, beaucoup de fans de la première heure ont reproché aux Sonic modernes d'avoir des musiques qui n'ont rien à voir de près ou de loin avec les Sonic en 2D classiques, notamment avec des chansons très Rock'n Roll et musique pop. Ha ha ha, j'adore voir la tête qu'ils font quand je leur dit que c'est tiré de Sonic CD... En effet, la séquence d'introduction (magistrale au passage) est mémorable pour ses deux chansons (japonaises et américaines, vous l'aurez deviné). Il s'agit des titres You can do anything et Sonic Boom qui sont aujourd'hui devenues cultes dans la carrière du hérisson.





Niveau graphique, beaucoup de choses à dire ! Premièrement, le Mega CD était une extension de la Mega Drive qui avait pour but d'égaler une compétence propre de la Super Nintendo: le Mode 7. Un système qui permettait une illusion de profondeur extrêmement fluide, notamment pour des jeux comme F-Zero, Pilotwings ou Super Mario Kart. Il faut ainsi signaler la présence de nouveaux niveaux bonus qui se jouent comme un Mario Kart. Il vous faudra détruire des vaisseaux sur une sorte de circuit pour obtenir les émeraudes du chaos. Vraiment très impressionnant de voir enfin Sonic en vraie 3D.




Mais effet bonus, les jeux sont stockés sur un support CD, ce qui veut dire plus de place de stockage ! L'apparition du CD-Rom à cette époque a notamment permit l'apparition de vidéos dans le jeu vidéo, et c'est là dessus que le Mega CD impressionne. La séquence d'introduction et la fin du jeu sont en dessin-animé d'une qualité irréprochable et bien loin de cette série ridicule qu'était Les Aventures de Sonic le hérisson. D'ailleurs, ce jeu est également sortit sur PC, version que je recommande d'avantage car les-dites séquences animées sont de bien meilleure qualité. Certes le Mega CD a des vidéos, mais le soucis c'est que c'est pas mal saccadé et très pixélisé... Mais bon à l'époque on s'en foutait totalement, tellement ça ressemblait au futur !
Ensuite, au niveau des stages en général, il s'agit (si on exclut Sonic Mania) du jeu Sonic avec les niveaux les plus grands et surtout assez labyrinthiques par moments. Cela ne veut pas dire que le level design est mauvais, loin de là ! D'ailleurs, certains niveaux regorgent d'inventivité, comme cette saleté de niveau tapissée au sol de plaques rebondissantes qui nous envoient tout en haut, alors que la fin est en bas.
L'animation est très fluide, on ressent parfaitement l'impression de vitesse, les personnages sont classiques (en même temps, niveau personnages nommés c'est pas compliqué, on a Sonic, Amy et Robotnik). Les niveaux sont bien plus détaillés que sur Mega Drive, bref un régal pour les yeux.


P*** de niveau de m*** !!!

Dans ce niveau, on trouve des arcs électriques (ici violets) qui s'allument et s'éteignent à fréquence régulière.

Ensuite niveau gameplay, ça reste très proche du premier Sonic. Il faut savoir au passage que le développement de Sonic CD a commencé avant celui de Sonic 2. Bien qu'il soit sortit après ce dernier, le gameplay, les sprites et les bruitages font bien plus penser au premier opus qu'au deuxième.
Mais ça reste simple dans l'ensemble. Un bouton pour sauter, point. On peut également citer l'apparition de la spin-attack mais aussi d'une auter accélération bien plus classe visuellement. La spin-attack comme vous le savez, c'est quand vous appuyez sur le bas plus le bouton de saut, Sonic se met en boule et gagne en vitesse. Mais si vous appuyez vers le haut, il se met à courir sur place et les vitesses atteignables sont alors bien plus élevées.
La vitesse parlons-en, sur les nombreux niveaux du jeu vous croiserez des petits panneaux Future et Past. Une fois passés, vous aurez la faculté pendant un court instant de voyager dans le temps si vous atteignez la vitesse suffisante. Voyager vers le passé pour détruire les générateurs de robots de Robotnik s'avère essentiel si vous visez le good ending.
Le jeu sait aussi se renouveler avec des variations de gameplay comme dans tout Sonic qui se respecte. Vous avez des niveaux sous l'eau (création des enfers !!), les niveaux bonus à la Mario Kart, et un niveau mémorable: la course contre la plus grande invention du Dr.Robotnik, j'ai nommé Metal Sonic. Le docteur est derrière nous et détruit la route avec un énorme laser. Celui qui est trop lent se fait désintégrer. Vous devrez donc sauter, gagner en vitesse, éviter les pièges et surtout éviter Metal Sonic qui vous fonce dessus en mode invincible pour arriver premier. Tout ça sur une musique géniale et ce, quelle que soit la version du jeu ^_^

Foutus niveaux sous l'eau, pourquoi est-ce qu'ils sont toujours aussi traumatisants ?

Cet espèce de rayon blanc vous permet de rétrécir et ainsi accéder à de nouvelles zones inaccessibles en temps normal.

Niveau scénario, comme le premier jeu il est assez en retrait et peu différent. Le scientifique fou a emprisonné et transformé en robots non pas des petits animaux mais des ... fleurs ? Sans aller jusqu'à crier à l'incohérence absolue, j'ai toujours trouvé ça bizarre mais bon, passons. Robotnik s'est emparé d'une petite planète dont il avait l'intention d'en prendre le contrôle grâce à ses robots-fleurs et l'a attachée à la planète de Sonic avec une immense chaîne. Sonic devra alors libérer cette petite planète.
Mais il y a tout de même une intrigue secondaire ! Dès le premier niveau, juste avant d'arriver au panneau de fin, vous tomberez sur un petit hérisson rose dont émanent des petits cœurs. Vous l'aurez deviné, il s'agit bien d'Amy Rose. Un des shitty friends que beaucoup ne supportent pas dans l'univers de Sonic. Paradoxal quand on sait qu'elle est techniquement apparue avant Tails hein ? ;) Dans le monde suivant, Metal Sonic apparaît et enlève la petite hérissonne et c'est seulement après la course contre ce dernier que vous pourrez la délivrer. Scène bien mignonne d'ailleurs.

Ha ha ha, la Stardust Speedway... Des accélérateurs partout et plein de ligne droite, les meilleure sensations de vitesses du jeu !
Thank you Sonic, but the princess is in another castle.

Enfin la durée de vie, les possibilités du jeu sont énormes. Les niveaux sont déjà d'une très grande taille comme je vous l'ai dit mais sachant que l'on peut voyager dans le temps dans chacun d'entre eux, cela multiplie par trois le potentiel de niveaux disponibles ! Rajoutez les niveaux bonus et l'on obtient une durée de vie absolument énorme pour l'époque. Sachant que le jeu introduit une fonction de sauvegarde, vous ne serez jamais en mal de finir le jeu d'une traite. :)

Un des fameux générateurs de robots.

Pour conclure, Sonic CD est indéniablement un des meilleurs jeux Sonic jamais réalisé. Mais je bloque tout de même sur certains aspects. Bon ce n'est que du pinaillage, mais je trouve que Sonic a beaucoup de mal à accélérer dans les niveaux bonus qui sont sensés être les vrais apports du jeu. Autre truc, certains niveaux sont VRAIMENT labyrinthiques au point qu'il est vraiment possible de perdre au timer, c'est dire ! Dernier truc, la condition pour obtenir le good ending. Il faut voyager dans le passé et une fois qu'on y est, chercher le générateur de monstres... Dans des niveaux aussi grands ?! Pour peu que vous ayez voyagé dans le temps vers la fin du niveau, c'est décourageant de repartir tout au début pour chercher minutieusement ce foutu générateur.
Enfin, ça n'enlève rien aux innombrables qualités du jeu. Les musiques sont géniales, le gameplay simple et intuitif, les séquences animées superbes et les bonus stages carrément kiffants. Un excellent jeu que je vous recommande absolument si vous êtes fan du hérisson bleu ! ;)




Note JV.com : 19/20
Note moyenne des lecteurs JV.com : 17,9/20
Note Jeuxvidéo.fr : 9/10
Note Gamekult.com : 8,2/10 
Note Personnelle : 18/20

N'hésitez pas à faire part de votre ressenti sur ce jeu si vous y avez déjà joué, ou ce que vous avez pensé de la critique dans les commentaires ! :) 

jeudi 7 décembre 2017

Liste de Noël - 2017

Salutations internet !

Dire que nous sommes déjà à l'approche de Noël, c'est dingue de constater à quel point le temps passe vite ! …… Bon trêve de bla bla, je suis sûr que vous avez vos parents qui vous ont demandé de réfléchir à ce que vous vouliez pour Noël ou que vous ne savez pas quel jeu viendra se loger dans vos chaussettes de Noël. C'est pourquoi en bon samaritain que je suis (oui, mes chevilles vont très bien, merci !) je vous propose une petite sélection des nouveautés et must-have de cette fin d'année 2017.
Je précise cependant que je n'ai pas tous les jeux présents dans cette liste, c'est pourquoi j'ai fait appel à notre sympathique commerçant Mickaël de Dynamite Games Alençon pour m'aider ^_^



Star Wars Battlefront II
PC PS4 XBOX ONE

On a souvent tendance à se méfier d'Electronic Arts ces dernières années. C'est vrai que leur annonce récente d'ajouter un système de micro-transactions en a fait bondir plus d'un. Mais rassurez-vous, ce bon petit FPS est du vrai pain béni pour les fans de Star Wars. Certes le système de micro-paiements est scandaleux en soi mais il est suspendu pour le moment. Le gameplay est agréable, les graphismes sont sublimes et font preuve d'un soucis du détail assez impressionnant. La campagne solo est tout à fait satisfaisante et comble de la gloire de tout fan de la saga, le jeu fait partie du canon officiel entre les épisodes VI et VII.




Horizon Zero Down Complete Edition The Frozen Wilds
PS4

Clairement un must-have de la PS4. Un monde apocalyptique dans lequel les machines semblent avoir prit le contrôle total de la planète et attendu depuis trèèèès longtemps (pour vous dire, j'ai entendu parler du jeu en 2013). Un poil répétitif mais bon c'est un des travers classique des open-worlds modernes. Mais bon, rien que pour la taille de l'univers, l'aventure proposée et surtout la claque graphique, c'est absolument à essayer. Ce n'est vraiment pas pour rien que certains ont osé le surnommer le ''Zelda de la Playstation''.






Okami HD
PC PS4 XBOX ONE

Vous souvenez vous de ce fantastique chef-d’œuvre qu'était Okami sur Playstation 2 ? Et bien sachez que le 12 décembre sort un remake en HD du dit jeu. Depuis le temps, je pense que cela peut être une bonne opportunité de se plonger (ou replonger ?) dans ce jeu, tant il était fantastique. De plus, si vous avez la flemme de le chercher sur PS2 ou son portage sur Wii, c'est une bonne opportunité à mon sens. Pour résumer, c'est ce qui se rapproche le plus d'un Zelda (à l'époque) sur une console non-Nintendo.





Wolfenstein II The New Colossus
PC PS4 XBOX ONE SWITCH

On continue avec le multi plate-forme avec la sortie de Wolfenstein II The New Colossus. Un bon vieux FPS bien bourrin plein de sang comme on les aimes. Je ne l'ai pas essayé personnellement mais je trouvais le concept de son prédécesseur (The New Order) absolument génial et très bien réalisé. C'est un peu comme la série Le Maître du Haut Chateau (The man in the High Castle). Les nazis ont gagné la seconde guerre mondiale et on se retrouve dans l'après guerre avec un monde gouverné par le troisième Reich. Franchement, je pense que le concept devrait en accrocher plus d'un.




Assassin's Creed Origins
PC PS4 XBOX ONE

Je me surprends moi-même à inclure un Assassin's Creed dans la liste. Ayant personnellement décroché de la série après avoir Black Flag, ce nouvel opus aux...origines de la série (nom bien choisi décidément) renouvelle brillamment le genre en empruntant aux open-worlds modernes. Très beau graphiquement et très agréable à jouer, il semble qu'Ubisoft n'ait pas encore joué toutes ses cartes !





Sonic Mania
PC PS4 XBOX ONE SWITCH

Alors là, je pense qu'on pourra vous en parler pendant des heures. Tout le monde est unanime, c'est un des meilleurs, si ce n'est LE meilleur (pour ma part, Mickaël préférant encore Sonic 3) Sonic en 2D. Alors oui cela joue énormément sur la nostalgie et le fan service mais bon... Quand on y réfléchit, c'est un peu le Sonic 4 qu'on aurait tous espéré (Surtout après l'annulation de Sonic Xtreme sur Saturn...). Chaque niveau c'est un peu comme ouvrir un cadeau en somme. N'oublions pas des séquences en dessin-animé respirant une fraîcheur incroyable ainsi que des niveaux en 3D dans le style de la Saturn bien plus fun que ceux de Sonic CD ou Sonic & Knuckles. Seul hic, ce n'est que du dématérialisé... FUCK ! Enfin, vous pourrez vous consoler avec une collector resplendissante arborant un Sonic sur une Mega Drive grandeur nature et autre petits goodies bien sympas.




Pokémon Ultra-Soleil/Ultra-Lune
3DS

Ahem alors là par contre je suis assez partagé. Le jeu teasait avant sa sortie de nombreux éléments laissant penser à une suite directe à Soleil et Lune, un peu comme Blanche 2 et Noir 2. Mais non, il ne s'agit que de versions modifiées un peu comme Platine ou Émeraude. Pour un fan absolu de Pokémon, vous serez déçu. Pour un fan ou un néophyte qui n'a pas joué à Soleil et Lune, c'est une excellente occasion de le découvrir car peu de choses ont changé. Les graphismes sont superbes, les musiques absolument formidables, le scénario intéressant et quelques petites nouveautés notables font toujours sourire.





Rime
PC PS4 XBOX ONE SWITCH

Un bon p'tit jeu comme on dit. Il est un peu dans la lignée d'Okami et Ico au niveau de l'ambiance et des graphismes. Certes ce n'est pas un chef-d’œuvre absolu comme ses modèles que nous venons de citer, cependant vu la rareté de ce genre de jeux d'une très grande qualité aujourd'hui, il serait fort dommage de le laisser passer. Une histoire sympathique, une touche de poésie où il faut mêlé à un petit côté de déjà-vu, le type de jeu à essayer pour se détendre.






Xenoblade Chronicles 2
SWITCH

Alors là, on est pas doués vu qu'aucun de nous ne l'a essayé. Mais bon, on peut se fier au premier opus, aux critiques spécialisées et aux vidéos. Si j'en crois la presse, l'univers semble être parfaitement détaillé et cohérent. Le niveau graphique est très satisfaisant mais pas en permanence avec quelques baisses de résolution... Les tutoriels sont assez agaçants au début du jeu tant ils sont nombreux mais je vous rassure c'est probablement un des jeux de cette liste à avoir un des plus grosses durées de vie. Le gameplay est quant à lui maîtrise et la BO déchire. Après, je trouve que les autres reproches, c'est du pinaillage, c'est vraiment chercher la petite bête.




Super Mario Odyssey
SWITCH

Alors c'est clairement un excellent jeu. Il est parfaitement dans la lignée de Super Mario 64 et bien plus ambitieux que le triste Super Mario 3D World sur 3DS. Les graphismes sont excellents, la BO géniale, le gameplay précis et surtout inventif. Maaaaaaaais 'y a tout de même quelques passages dérangeants. Je ne sais pas vous mais voir de vrais humains ou un vrai T-rex dans un monde cartoon tel que le royaume champignon, je trouve ça... chelou, j'ai pas d'autre mots désolé :D C'est grandiose dans son ensemble, certains mondes font même penser aux épisodes de Super Mario Land sur Game Boy mais personnellement le niveau en ville me donne l'impression que Mario fait sa Sonic Adventure avec 20 ans de retard ! Mais il reste très fun à jouer, surtout pour revenir plusieurs fois dans chaque niveau.... Mais Galaxy reste mille fois au dessus, DECHAINEZ-VOUS, J'ASSUME !! :D



Metroid II Return of Samus
3DS

Vous vous souvenez du remake grandiose de Ducktales en 2013 ? Ou de Sonic Fan-service EUH PARDON Sonic Generations en 2011 ? Et bien quand Nintendo décide de s'essayer aux remakes VRAIMENT HD (pas comme ce Twilight Princess ridicule), ça décoiffe. Le jeu d'origine est méconnaissable. La durée de vie est considérablement allongée, les graphismes sont superbes et parfaitement fluides. La BO remixée est superbe et on appréciera de retrouver un jeu à la difficulté d'antan bien typée arcade. On regrettera cependant une mise en scène un peu en retrait, mais bon. C'est déjà super cool, surtout pour les fans de Samus !



The Legend of Zelda Breath of the Wild
WII U SWITCH

Ah ! Là on attaque un gros morceau. Autant démystifier un peu la bête, non il ne mérite pas 20/20, comme aucun autre jeu au monde ne mérite 20/20 (du moins pas si on se revendique comme étant objectif). Oui le jeu est absolument excellent, la carte est même plus grande que celle de Skyrim ! Niveau musique, alors là j'ai été servi, c'est sublime, autant que la BO de Kingdom Hearts. La mise en scène envoie du gros steak et les graphismes sont juste incroyables. On a testé les deux versions et pour information, les deux se valent très largement. Seules quelques différences minimes de framerate sont à constater. Le gameplay est très bien pensé et une fois l'aventure principale finie, on regarde le ciel en se disant que Zelda ne sera plus jamais pareil, à l'instar de la sortie de Ocarina of Time en 1998.




Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle
SWITCH

Soyons honnête, personne... PERSONNE n'y croyait. Tout le monde pensais qu'Ubisoft se planterait totalement mais que nenni. Comme beaucoup, j'ai perdu des occasions de me taire en constatant un gameplay incroyablement bien pensé autour des deux univers que sont les lapins crétins et le royaume champignon. On regrettera uniquement l'absence d'un mode versus ainsi qu'une durée de vie qui n'excède pas les 20 heures.





Crash Bandicoot N-Sane Trilogy
PS4

Vous ne retrouvez plus votre PS1 ? Vous êtes un sacré nostalgique en puissance ? Vous adoriez les trois premiers Crash Bandicoot sortis entre 1996 et 1998 ? Alors ce jeu est un vrai sur-mesure pour vous. Comme pour Metroid II, Ducktales ou Sonic Generations, vous aurez droit au remake in-té-gral des débuts du marsupial orange. Les graphismes sont une tuerie (puis on ne va pas se mentir, un petit lifting s'imposait vraiment), les musiques déchirent et les voix françaises sont vraiment excellentes. Notamment celle de Cortex que j'ai toujours adoré au passage (c'est la voix de Clank au passage). Une excellente durée de vie donc, plein de bonus à découvrir et des niveaux cachés inédits, c'est l'hommage ultime à la gloire passée du plus célèbre des bandicoots.



Et voilà, j'espère que nous avons pu vous être d'une aide quelconque dans le choix de votre liste de Noël. Je ne parle pas des sempiternels Fifa et autre Call of Duty, vous êtes suffisamment informés sur ce genre de jeux pour vous faire un avis tranché, perso je n'aime pas du tout, mais il en faut pour tous les goûts ;) Si vous êtes amateur de rétro et que vous n'appréciez pas forcément investir dans le récent, je reviendrais prochainement sur les consoles ''mini'' disponibles sur le marché qui pour beaucoup sont de très bonnes alternatives au marché de l'occasion (qui soit dit en passant doit être plus élevé que la vente de cannabis aujourd'hui).

Encore merci à Mickaël de Dynamite Games Alençon sans qui j'aurais énormément galéré établir une sélection correcte. Si vous êtes dans le coin, n'hésitez pas à visiter sa boutique. En plus le vendeur est sympa.



Le Normandy Geek




P.S : Si vous passez à Dynamite Games Alençon, donnez le mot de passe ''Sega, c'est plus fort que toi'', Mickaël vous fera -15% sur l'occasion ^_^